Au lendemain de ma prise de commandement, cet éditorial me donne l’opportunité de livrer mes premières impressions sur le régiment ainsi qu’une courte vision de son avenir, de notre avenir.

Régiment particulier de par sa vocation et sa subordination au ministère des outre-mer, le régiment du service militaire adapté de Polynésie française n’en reste pas moins une entité dont le fonctionnement repose – bien plus que sur une ingénierie – sur les hommes et les femmes qui le servent et tendent vers un but commun. Ici, il s’agit de contribuer à la socialisation de nos volontaires polynésiens parfois en déficit d’éducation, d’instruction, et par là encore trop éloignés du monde du travail et de ses exigences.

Le premier constat qui s’impose est que jusqu’à présent l’objectif est atteint grâce à l’engagement des volontaires eux-mêmes, celui des cadres civils et militaires du régiment, et bien entendu grâce à l’appui du pays, de l’Etat et de l’ensemble du tissu économique local. Cette réussite est aussi le fruit du travail de nos prédécesseurs. Il nous revient donc, dans les réflexions que nous ne manquerons pas de mener, de penser à laisser nous aussi un héritage de qualité à nos successeurs, pour le bien de la mission.

Dans ce cadre, la finalisation en 2017 du plan d’ensemble « SMA 6000 » va donner l’occasion au régiment d’affiner ses processus et d’améliorer la qualité de l’insertion, avec comme objectif l’augmentation du volume d’emplois durables au profit des volontaires.

Ces améliorations passeront par une valorisation de l’existant, la finalisation de certaines filières encore en chantier et la nécessaire réflexion sur l’avenir qui doit permettre, en coordination avec les grands acteurs locaux, de créer de nouvelles formations valorisantes menant vers l’emploi, tout en poursuivant un accompagnement le plus individualisé possible.

Enfin, l’ancrage Défense du régiment, sans changer de périmètre, sera physiquement un peu plus concret avec l’arrivée d’ici à 2017 sur la caserne lieutenant-colonel Broche du commandement supérieur de la Polynésie française. Ce resserrement du dispositif des armées sur un même site permettra entre autre de rationnaliser une partie de nos efforts et contribuera donc au succès de notre mission.

Au regard de ce qui nous attend, comme « dans l’orage qui gronde, et les rudes combats » : en avant !

lieutenant-colonel Philippe PAYRE
commandant le régiment du service militaire adapté de Polynésie française