Code du volontaire

code volontaire frcode volontaire t

Lorsqu’ils rejoignent le RSMA-Pf au titre de la filière de formation qu’ils ont choisie, les volontaires stagiaires et techniciens (VS et VT) suivent un tronc commun de formation générale militaire dont le but est de leur donner les connaissances de base qui leur permettront d’évoluer avec facilité au sein du régiment et de sa compagnie tout en réalisant la cohésion de stagiaires qui sont appelés à vivre ensemble.

Cette formation commune comprend deux parties distinctes d’une durée de quatre semaines chacune :

     1. la formation militaire initiale (FMI) qui permet de donner au volontaire stagiaire les connaissances de base du métier de soldat.

    2. la formation militaire complémentaire (FMC) articulée autour de trois stages majeurs :

  • le permis de conduire VL ;
  • le stage d’équipier de première intervention (EPI) qui délivre les premiers réflexes à avoir en cas d’incendie ;
  • le stage de sauveteur secouriste au travail (SST) qui valide la maîtrise des notions élémentaires de secourisme.

À l’issue de ces deux premiers mois de formation, la section de volontaires est présentée au drapeau du RSMA-Pf et chaque soldat reçoit l’insigne du régiment. Au cours de cette cérémonie, chaque stagiaire s’engage à respecter le code du volontaire, véritable contrat passé avec le régiment pour les mois à venir. Ce code définit notamment la conduite et le comportement attendus des stagiaires.
Ces deux mois, essentiels dans la formation des volontaires stagiaires, permettent d’aborder les quatre piliers sur lesquels repose le service militaire adapté.

1. La formation au comportement

Il s’agit de donner à chaque volontaire stagiaire les repères qu’il a perdus, ou qu’il n’a jamais eus, pour vivre au sein d’une communauté, qu’elle soit militaire ou civile, ainsi que les notions élémentaires d’hygiène et d’éducation à la santé (les bonnes pratiques). C’est le savoir-être et le savoir-vivre, qui permettent de distinguer le SMA d’un centre où la seule composante professionnelle serait enseignée. Cette composante est enseignée tout au long du stage par les cadres de contact au premier rang desquels se situent le capitaine commandant de compagnie et le chef de section.

2. La formation académique

Elle donne aux volontaires stagiaires les connaissances communes indispensables qui leur permettront de bien assimiler les connaissances enseignées durant leur formation d’une part, mais aussi de pouvoir aborder la phase de recherche d’emploi et le monde du travail dans les meilleures conditions possibles d’autre part. Pour cela, des professeurs bénévoles ou détachés du ministère de l’éducation de Polynésie enseignent le français, les mathématiques, l’anglais et la bureautique. C’est le renforcement des compétences de base.

3. La formation militaire

Elle donne à chacun les premiers rudiments du métier des armes et les actes réflexes à mettre en œuvre en cas d’incident ou d’accident. Elle est principalement acquise lors du premier mois de stage et maintenue tout au long de la formation par l’encadrement de contact.

4. La formation professionnelle

Cette formation, au cours d’un cursus de quatre, huit ou dix mois selon les filières, va permettre à chacun d’acquérir les compétences techniques afférentes à la filière choisie à l’engagement. Ces trois dernières formations sont du domaine du savoir-faire

   IMG 4736   IMG 4760

 

Témoignages

Sous-officier adjoint : caporal-chef de 1e classe Loic : Après 18 années de service passées au sein des régiments des forces en métropole, je sers à présent pour 3 ans au RSMA de Polynésie française avec pour mission de seconder le chef de section à la formation initiale, notamment en gérant la préparation matérielle du stage. Tahitien d’origine, j’aime partager mon expérience acquise au sein de l’armée au cours de ces dernières années avec la jeunesse du Fenua en manque de repère. Le RSMA leur permet, en plus des qualifications obtenues, de développer leur volonté personnelle et leur goût pour l’effort, qualités reconnues par les employeurs.

Volontaire technicien Herehia : Volontaire technicien à l’encadrement, je suis entré au RSMA en septembre 2014 en tant que stagiaire à la filière agent administratif. Appréciant l’atmosphère qui règne au RSMA mêlant la discipline militaire, la pratique régulière du sport et les possibilités de débouchés, j’ai décidé de signer un contrat de volontaire technicien pour lequel j’ai la mission d’encadrer les jeunes recrues pendant tout le 1er mois de formation. J’envisage par la suite de suivre une formation qualifiante de coach sportif, en complément de l’expérience acquise au sein du SMA.

 

Fin de formation initiale Défilé après remise du béret

 

LA FORMATION MILITAIRE COMPLÉMENTAIRE

FOCUS SUR LA CIECA

La cellule d’instruction élémentaire de conduite (CIECA) du RSMA-Pf a pour mission de faire passer le brevet militaire de conduite (BMC). Elle forme 510 stagiaires au BMC véhicule léger et 80 au BMC poids lourd.

Les 14 volontaires techniciens « aides moniteurs » (titulaires du certificat technique élémentaire à l’instruction de conduite) dispensent des cours de conduite et de code sur une période de 3 semaines. Pour la partie pratique, la CIECA dispose de 14 VL et 2 PL double commandes et instruit le stagiaire au minimum pendant 20 heures de conduite (sur piste au sein du régiment puis à l’extérieur) Pour la partie théorique, le moniteur dispense des cours de code et d’entrainement à l’aide du logiciel du code ROUSSEAU, puis le stagiaire passe 4 tests examen de code (ETG). Une fois le brevet obtenu, la compagnie d’origine du stagiaire est chargée de lui faire faire les 200 km (VL) et 300 km (PL) qui lui permettront de « confirmer » le permis de conduire et, après les formalités administratives effectuées par le régiment, le stagiaire obtient le permis de conduire.

 

RENFORCEMENT DES COMPÉTENCES DE BASE

Un partenariat au profit des jeunes du RSMA-Pf

La convention, fixant les conditions de mise à disposition d'enseignants auprès du commandement du RSMA-Pf, signée en 2007, reconduite en 2010, puis en 2014, s’inscrit dans une dynamique de participation de la Polynésie française dans la lutte contre l’illettrisme engagée par le régiment. Cette convention permet au ministre en charge de l’éducation de Polynésie française et au vice-recteur de mettre à disposition du régiment cinq enseignants, professeurs des écoles : Yann aux Marquises, Laurette aux Australes, Nélanie, Faimano et Christiane à Arue. Ces professeurs des écoles sont également appuyés dans leur mission par des volontaires du Service civique. La convention a évolué le 17 août 2017 en permettant, en plus des mises à dispositions de fonctionnaires de l’État relavant des corps enseignants, d’attribuer des moyens complémentaires d’enseignement au bénéfice du régiment

service civiqueservice civique2

 

Lutter contre l’illettrisme

La grande majorité des jeunes volontaires recrutés chaque année ne détient aucun diplôme ou aucune qualification professionnelle. Le dispositif de remise à niveau scolaire a pour vocation de les préparer à l’obtention du certificat de formation générale (CFG), diplôme national reconnu dans le monde du travail. Les stagiaires sont, au début de leur incorporation sur Tahiti, évalués par un test d’illettrisme qui permet aux enseignants de les répartir par groupes de besoins. Ils bénéficient ensuite d’une prise en charge adaptée au quartier LCL Broche d’Arue durant les 8 premières semaines..

Une évaluation en français et en mathématiques vient clore cette première étape et permet à la compagnie d’accueil de continuer la préparation de ces jeunes au CFG dans les mois qui suivent. Le cycle de formation est donc réparti en quatre phases d’évaluation, entre lesquelles les jeunes bénéficient d’une préparation au CFG adaptée, avant de se présenter, en fin de formation, devant un jury d’examen habilité par le Vice-rectorat de la Polynésie française pour l’ultime épreuve orale.

Solidarité

Le RSMA-Pf s’appuie donc sur l’action d’enseignants, mis à disposition par leur ministère de tutelle. Au-delà de la remise à niveau scolaire, ces actions ont pour objectif de redonner confiance à des jeunes en mal-être, et en reconstruction dans un cadre propice à la réussite de leurs objectifs. C’est le lieutenant-colonel (RC) Christian qui est chargé d’accompagner les professeurs des écoles dans leurs démarches pédagogiques et éducatives auprès des jeunes, mais aussi dans leurs démarches partenariales avec les services du Pays et de l’État.

SMA 2025 - Prendre en compte les aspects culturels

Dans cette dynamique, eu égard au public accueilli, le choix de l’introduction des langues et de la culture polynésiennes (compte tenu de l’implantation des 3 centres : tahitien, tupua’i et marquisien) dans la formation académique et la remise à niveau scolaire de volontaires stagiaires est tout à fait pertinent, notamment sur les plans :

AFFECTIF :

  • les langues et la culture polynésiennes sont parties intégrantes de l’identité des jeunes ; 
  • le statut des langues polynésiennes, qui sont prises en compte dans le milieu militaire.

COGNITIF

  • la consolidation, l’approfondissement de la maîtrise des langues polynésiennes en question, voire partage des compétences et connaissances pour les volontaires stagiaires qui en ont une bonne maîtrise ; 
  • l’articulation et la comparaison des langues (polynésienne et française) dans une approche plurilingue ; 
  • le statut des langues et de la culture polynésiennes : comparaison avec la langue française, langue de prestige.

CULTUREL

  • la langue est le pilier central de la culture ; 
  • la consolidation et l’approfondissement de la maîtrise des cultures en présence.

 

Rejoignez-nous

Vous souhaitez rejoindre le RSMA, ou faire partie de nos prochaines formations, contactez-nous  ici.